Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Occident contre l'Europe des Nations.

« ...la civilisation occidentale, du fait de sa dominante anglo-américaine, rejette elle-même toute identification à la culture européenne, notamment en raison des composantes latines, germaniques, celtiques ou slaves de cette dernière. Mais cette dichotomie peut être poussée plus loin encore : dans la mesure où la civilisation occidentale exprime pleinement le projet américain et où l’Amérique s’est construite sur un refus de l’Europe, l’essence de la civilisation occidentale, c’est la rupture avec la culture européenne, dont elle se venge d’ailleurs en la digérant par ethnocide culturel et par neutralisation politique. (…) nous, Européens… au-delà de cet ‘Occident chrétien’ dans lequel nous ne pouvons plus nous reconnaître, [nous] devons… repenser notre destin en retrouvant les fondements spécifiques de notre culture, en édifiant un mythe indo-européen. »

(Guillaume Faye, article dans la revue Eléments n° 34, avril-mai 1980)

« N’oublions pas que l’Europe, avant d’être colonisatrice, fut elle-même aussi colonisée – qu’elle a exporté l’idéologie occidentalo-centriste et le message biblique après se l’être elle-même fait imposer. »

(Alain de Benoist, 1981)

« [Il faut] rompre avec l’idéologie occidentale, qu’elle soit marxiste, technocratique, chrétienne ou libérale. Quant aux peuples d’Europe, il faut qu’ils sachent progressivement opérer une révision, évidente pour certains, déchirante pour d’autres : se désolidariser de l’Occident, cet Occident dans lequel nous ne nous reconnaissons plus, cet Occident qui n’est plus qu’un pluriversum de marchandises, cet Occident qui mutile sous nos yeux notre culture millénaire… »

(Guillaume Faye, article « Les systèmes contre les peuples », 1982)

« Nous devons, nous Européens, opérer, au nom de notre salut en tant que peuple, cette révolution, cette métamorphose mentale qui consiste à cesser de nous réclamer de l’Occident, cette civilisation devenue machine qui nous a portés, mais qui aujourd’hui nous détruit. »

(Guillaume Faye, article « Faire éclater le Système », 1984)

« La vieille tradition se trompe : l’Occident n’est plus européen, et l’Europe n’est plus l’Occident. Dans sa marche vers l’ouest, le soleil de notre civilisation s’est terni. Parti d’Hellade, investissant l’Italie, puis l’Europe occidentale, puis l’Angleterre, et enfin, ayant traversé les mers, s’étant installé en Amérique, le centre de ‘l’Occident’ s’est lentement défiguré. Aujourd’hui, comme le comprit Raymond Abellio, c’est la Californie qui s’est instaurée comme épicentre et comme essence de l’Occident. Terre pacifiée des bords du Pacifique, elle est le symbole de ce bonheur où meurt notre civilisation ; terre de la fin de l’histoire, et terre hollywoodienne du simulacre, elle marque l’asymptote qui monte jusqu’à la folie, de la société marchande, de la société du spectacle, et du cosmopolitisme.

L’Occident alors, dans un mouvement planétaire qui est d’ailleurs déjà commencé, continuera sa marche vers l’Ouest en installant son centre là où il se prépare déjà, dans l’extrême-est, dans les archipels de l’Océan Pacifique, du coté du Japon et des Indes orientales (…)

L’Occident donc, devient ‘quelque chose’ de planétaire. Il se présente comme un ensemble flou fait de réseaux de décisions, de zones territoriales dispersées, de blocs culturels et humains répartis dans tous les pays. Si les Etats-Unis le dominent encore, l’Occident prend, toujours plus, le visage d’une ‘qualification’ – et non plus d’une appartenance – qui traverse chaque nation. L’Occident, ou la civilisation occidentale, désigne les lieux où le ‘système occidental’ sévit. Ces lieux sont de moins en moins qualifiables politiquement, géographiquement et ethniquement. (…)

Parallèlement, si le centre est partout et que ‘partout’, c’est au fond nulle part, l’Occident est appelé à perdre toute vertu spécifiante ; être occidental, c’est se voir déqualifié plutôt que qualifié. Et singulièrement pour les Européens, qui perdent dans l’affaire la possibilité même de se désigner valablement en se disant occidentaux. »

(Guillaume Faye, L’Occident comme déclin, 1985)

« Montée en puissance de l’Occident et perte de substance de l’Europe : les deux phénomènes sont sans doute liés, l’un entraînant l’autre. Tout se passe comme si, après avoir accouché de l’Occident, répandu aujourd’hui sur toute la planète, l’Europe épuisée entrait dans un nouvel âge sombre.

La thèse ici présentée sera simple : l’Occident n’est pas ‘en’ déclin – il est au contraire en expansion – mais il est le déclin. Et il l’est depuis ses fondements, depuis son décollage idéologique au XVIIIe siècle. L’Europe, quant à elle, n’est qu’en décadence.

Déjà, parle l’étymologie : ‘l’Occident’ est le lieu où le soleil se couche. Et, dans son essence, la civilisation occidentale, apparent mouvement ascendant, se confond en réalité avec une métaphysique du déclin, un dépérissement du principe solaire qui, superficiellement, semble la fonder. Ce déclin intrinsèque qui est la loi de l’Occident n’est pourtant pas facile à déceler tant il est empreint de paradoxes. (…) alors que l’Europe semble entamer, hélas, en tant qu’ensemble continental, un dépérissement dans un nombre impressionnant de domaines, l’Occident qui constitue, pour Abellio comme pour Heidegger, le fils métaphysique et géopolitique de cette Europe, explose à l’échelle de la planète entière. (…)

Au lieu de vivre des déclins globaux et linéaires comme les autres civilisations qui nous ont précédés, nous subissons ce que l’on pourrait nommer un ‘déclin emboîté dans une expansion’. Comme si la civilisation occidentale était une machine devenue folle, son centre implose tandis que sa périphérie explose. L’Europe régresse, l’Occident se répand. Le sens disparaît, les formes croissent. Le ‘sang’ s’évapore, mais les veines se ramifient en réseaux de plus en plus vides. De moins en moins de cerveau, mais de plus en plus de corps et de muscles. De moins en moins d’humanité, mais de plus en plus d’hommes. De moins en moins de cultures, mais de plus en plus de civilisation. Tout cela ressemble étrangement à une prolifération cancéreuse. (…)

Le suprême paradoxe de l’Occident, c’est que son assomption est, sous l’apparence de la croissance et de la juvénilité, une entropie, c’est-à-dire une homogénéisation croissante des formes de vie et de civilisation. (…) De ce point de vue, l’essence de l’Occident, c’est le déclin, puisque sa raison d’être est l’uniformisation des formes-de-vie humaines. Et l’essence du ‘progrès’, c’est l’entropie. La multiplication explosive des technologies vient masquer ce déclin à ses propres protagonistes, exactement comme, dans le processus tragique de rémission des cancéreux, la prolifération des cellules indifférenciées donne, pour quelque temps, l’illusion de la santé et de la croissance organique. L’Occident est un vieillard qui se prend pour un adolescent. »

(Guillaume Faye, L’Occident comme déclin, 1985)

« L’Occident (…) est devenu une civilisation mondiale. Et celle-ci n’exprime plus l’Europe, mais s’y oppose (…) La prise de conscience idéologique de la menace occidentale sur l’Europe est peut-être la ‘ligne de partage’ des valeurs qui est appelée à se substituer au clivage gauche-droite. (…) Il appartient aux générations montantes de faire œuvre révolutionnaire en reniant cette part ‘occidentale’ de nous-mêmes qui, par un effet de boomerang, se retourne contre sa matrice, l’Europe. Nous n’avons pas à accomplir le meurtre du père, mais le reniement du fils. Osons rejeter cette civilisation qui a laïcisé et universalisé (principalement autour du modèle social américain) l’héritage biblique exogène, et opposons-lui une civilisation européenne métamorphosée qui se nourrirait d’autres racines, d’un autre passé qui n’a jamais cessé de ressurgir sous les formes les plus diverses dans notre histoire bien après la fin officielle du monde antique…

(…) La civilisation occidentale n’est plus en effet qu’une ‘administration’ géante des hommes et des choses, semblablement gérés. Elle prend la forme d’un ‘système’ : réseau mondial de pouvoirs dispersés et insaisissables (…) Anti-civilisation, le système occidental consacre une forme douce de totalitarisme… »

(Guillaume Faye, Nouveau discours à la nation européenne, 1985)

« …le terme même d’‘Occident’ a perdu aujourd’hui sa signification traditionnelle. Il ne désigne plus une culture historique héritée, mais un mode de vie fondé sur le mythe de la ‘croissance’, l’obsession de la consommation et le primat des valeurs marchandes. L’‘Occident’ n’est plus, hors de toute autre référence, que l’ensemble des pays développés, c’est-à-dire des pays dont la structure économique se révèle comme la plus productive. En dernière analyse, le ‘monde libre’ n’est plus rien d’autre qu’une société économique, où la servitude à la quantité est posée comme synonyme de ‘liberté’. Comment l’Europe, dans la mesure où elle veut encore avoir une histoire, une culture, un destin, pourrait-elle accepter de n’être qu’une partie de cet ‘Occident’ ? »

(Alain de Benoist, Europe, Tiers monde, même combat, 1986)

« …l’Europe d’aujourd’hui se retrouv[e] paradoxalement victime des idéologies qu’elle avait adorées et utilisées pour asservir les autres. Le biblisme qui refusait à l’autre (païen ou musulman) sa religion, le jacobinisme qui déniait la légitimité des particularismes ethniques, l’occidentalisme progressiste qui, au nom des droits de l’homme (version laïque de la charité chrétienne) voulait ‘libérer’ les Indiens de leur indianité et les Africains de leur tribalisme, retournent maintenant leur logique ethnocidaire contre les Européens eux-mêmes ; ces derniers, en effet, se voient aujourd’hui refuser, par cette même idéologie, le droit à l’affirmation de leur identité culturelle, le droit à la préservation de leur ethnicité et même de leur souveraineté politique. (…)

La civilisation occidentale, qui se veut un enseignement moral, une pastorale, a d’abord commencé à déculturer l’Europe, par la christianisation. (…) Mais dès lors que l’Occident, en devenant planétaire, se retourne contre l’Europe qui fut sa terre natale, on peut dire que les Européens subissent leur deuxième ethnocide. Le premier fut celui de la christianisation, importation d’une mentalité étrangère au paganisme local ; le second est celui de l’occidentalisation, de la mondialisation actuelle, avec sa double logique de destruction finale de l’identité : société multiraciale et américanisation. »

(Guillaume Faye, Les Nouveaux enjeux idéologiques, 1986)

« Nous devons oser affirmer que nous appartenons à une civilisation supérieure, mais à une civilisation tragique, parce que nous nous sommes dévorés nous-mêmes. L’Occident, issu de l’Europe, s’est retourné contre elle. (…) l’extraordinaire prolixité de la civilisation européenne a fini par donner lieu à un système mondial, dit ‘occidental’, le règne techno-scientifique et économique de la Terre, et a également débouché sur la civilisation-fille américaine dont je ne démontrerai pas ici les énormes inconvénients. (…) En devenant ‘civilisation occidentale’, influençant le monde entier, la civilisation européenne a fini par se déraciner, par oublier son identité, la sève qui alimentait sa juvénile puissance. Son enfant prodigue et hostile, les Etats-Unis d’Amérique, l’a en quelque sorte desséchée. La civilisation européenne a été victime de sa propre expansion victorieuse, exactement comme l’Empire romain, qui en fut la préparation. L’apogée de la civilisation européenne se situe entre la fin du Moyen-Age et le début du XXe siècle. Mais la roche tarpéienne est près du Capitole, la rose se fane juste après son éclosion.

(…)

Aujourd’hui, l’Europe est colonisée par ceux qu’elle a civilisés – les peuples du Sud – et dominée par son rejeton, son avorton : l’Occident américanomorphe. Elle a développé et poussé trop loin les valeurs – les qualités même parfois – qui avaient favorisé son expansion et qui ont fini par se retourner contre elle, comme l’individualisme et le matérialisme, l’esprit d’ouverture et l’universalisme. »

(Guillaume Faye, La Colonisation de l’Europe, 2000)

« La civilisation européenne est gangrenée par le système occidental qu’elle a elle-même contribué à faire naître. (…) L’Europe est notre véritable patrie, culturelle, historique, ethnique, civilisationnelle, qui surplombe et englobe les patries nationales ou les patries charnelles... Il convient dès maintenant de se définir d’abord comme Européens. »

(Guillaume Faye, Pourquoi nous combattons, 2001)

« Il est très important de ne pas confondre l’Occident avec l’Europe. La civilisation occidentale [‘Système occidental’ est un terme plus approprié, car l’Occident n’est pas une vraie civilisation, mais un Golem, un monstre mécanique aveugle. – Note du compilateur.] ne recouvre plus aucune valeur ethnique mais se confond avec un projet de civilisation cosmopolite calqué sur le modèle américain. Partie d’Europe, cette civilisation [sic] occidentale s’est tragiquement retournée contre elle comme un boomerang… Il convient donc d’opposer la civilisation occidentale [sic] à la civilisation européenne. »

(Guillaume Faye, Pourquoi nous combattons, 2001)

« La notion d’Occident n’est nullement géographique. Il s’agit d’un phénomène de civilisation… »

(Dimitri Kitsikis)

« Qu’on l’appelle ‘Système’, ‘Golem’ ou ‘Terminator’, ce monstre mécanique qu’est devenu l’Occident détruit tout ce qu’il touche. Toutes les civilisations traditionnelles sont devenues ses victimes, y compris la civilisation européenne. Celle-ci, comme toutes les autres (et peut-être plus que les autres), est menacée de mort par le monstre qu’elle a involontairement enfanté après l’intrusion d’une mentalité messianique étrangère dans la culture antique. L’Occident est le fils illégitime de l’Europe, la civilisation-mère, contre laquelle il se retourne à présent. L’Europe est une civilisation traditionnelle, identitaire et enracinée. L’Occident américano-centré est un mode de vie déraciné et destructeur. Europe et Occident ne sont pas synonymes, bien au contraire ! »

(Volchok)

« Ce que l’on appelle d’ailleurs l’‘Occident’, qu’il ne faut pas confondre avec l’Europe, qui est un territoire aux caractères identitaires propres, est une force dynamique à visée illimitée dont la finalité est d’instaurer à l’échelle planétaire un mode d’existence déracinée. Le résultat de son expansion est une disparition quasi complète de tous les particularismes autres que sa vision nomade et marchande du monde, extinction radicale qu’un raciste fou n’aurait jamais imaginée. Le destin de la paysannerie, en Europe, et maintenant sur la planète entière, est une déclinaison de ce génocide culturel. »

(Claude Bourrinet) « ...la civilisation occidentale, du fait de sa dominante anglo-américaine, rejette elle-même toute identification à la culture européenne, notamment en raison des composantes latines, germaniques, celtiques ou slaves de cette dernière. Mais cette dichotomie peut être poussée plus loin encore : dans la mesure où la civilisation occidentale exprime pleinement le projet américain et où l’Amérique s’est construite sur un refus de l’Europe, l’essence de la civilisation occidentale, c’est la rupture avec la culture européenne, dont elle se venge d’ailleurs en la digérant par ethnocide culturel et par neutralisation politique. (…) nous, Européens… au-delà de cet ‘Occident chrétien’ dans lequel nous ne pouvons plus nous reconnaître, [nous] devons… repenser notre destin en retrouvant les fondements spécifiques de notre culture, en édifiant un mythe indo-européen. »(Guillaume Faye, article dans la revue Eléments n° 34, avril-mai 1980)« N’oublions pas que l’Europe, avant d’être colonisatrice, fut elle-même aussi colonisée – qu’elle a exporté l’idéologie occidentalo-centriste et le message biblique après se l’être elle-même fait imposer. »(Alain de Benoist, 1981)« [Il faut] rompre avec l’idéologie occidentale, qu’elle soit marxiste, technocratique, chrétienne ou libérale. Quant aux peuples d’Europe, il faut qu’ils sachent progressivement opérer une révision, évidente pour certains, déchirante pour d’autres : se désolidariser de l’Occident, cet Occident dans lequel nous ne nous reconnaissons plus, cet Occident qui n’est plus qu’un pluriversum de marchandises, cet Occident qui mutile sous nos yeux notre culture millénaire… »(Guillaume Faye, article « Les systèmes contre les peuples », 1982)« Nous devons, nous Européens, opérer, au nom de notre salut en tant que peuple, cette révolution, cette métamorphose mentale qui consiste à cesser de nous réclamer de l’Occident, cette civilisation devenue machine qui nous a portés, mais qui aujourd’hui nous détruit. »(Guillaume Faye, article « Faire éclater le Système », 1984)« La vieille tradition se trompe : l’Occident n’est plus européen, et l’Europe n’est plus l’Occident. Dans sa marche vers l’ouest, le soleil de notre civilisation s’est terni. Parti d’Hellade, investissant l’Italie, puis l’Europe occidentale, puis l’Angleterre, et enfin, ayant traversé les mers, s’étant installé en Amérique, le centre de ‘l’Occident’ s’est lentement défiguré. Aujourd’hui, comme le comprit Raymond Abellio, c’est la Californie qui s’est instaurée comme épicentre et comme essence de l’Occident. Terre pacifiée des bords du Pacifique, elle est le symbole de ce bonheur où meurt notre civilisation ; terre de la fin de l’histoire, et terre hollywoodienne du simulacre, elle marque l’asymptote qui monte jusqu’à la folie, de la société marchande, de la société du spectacle, et du cosmopolitisme.L’Occident alors, dans un mouvement planétaire qui est d’ailleurs déjà commencé, continuera sa marche vers l’Ouest en installant son centre là où il se prépare déjà, dans l’extrême-est, dans les archipels de l’Océan Pacifique, du coté du Japon et des Indes orientales (…) L’Occident donc, devient ‘quelque chose’ de planétaire. Il se présente comme un ensemble flou fait de réseaux de décisions, de zones territoriales dispersées, de blocs culturels et humains répartis dans tous les pays. Si les Etats-Unis le dominent encore, l’Occident prend, toujours plus, le visage d’une ‘qualification’ – et non plus d’une appartenance – qui traverse chaque nation. L’Occident, ou la civilisation occidentale, désigne les lieux où le ‘système occidental’ sévit. Ces lieux sont de moins en moins qualifiables politiquement, géographiquement et ethniquement. (…)Parallèlement, si le centre est partout et que ‘partout’, c’est au fond nulle part, l’Occident est appelé à perdre toute vertu spécifiante ; être occidental, c’est se voir déqualifié plutôt que qualifié. Et singulièrement pour les Européens, qui perdent dans l’affaire la possibilité même de se désigner valablement en se disant occidentaux. »(Guillaume Faye, L’Occident comme déclin, 1985)« Montée en puissance de l’Occident et perte de substance de l’Europe : les deux phénomènes sont sans doute liés, l’un entraînant l’autre. Tout se passe comme si, après avoir accouché de l’Occident, répandu aujourd’hui sur toute la planète, l’Europe épuisée entrait dans un nouvel âge sombre.La thèse ici présentée sera simple : l’Occident n’est pas ‘en’ déclin – il est au contraire en expansion – mais il est le déclin. Et il l’est depuis ses fondements, depuis son décollage idéologique au XVIIIe siècle. L’Europe, quant à elle, n’est qu’en décadence.Déjà, parle l’étymologie : ‘l’Occident’ est le lieu où le soleil se couche. Et, dans son essence, la civilisation occidentale, apparent mouvement ascendant, se confond en réalité avec une métaphysique du déclin, un dépérissement du principe solaire qui, superficiellement, semble la fonder. Ce déclin intrinsèque qui est la loi de l’Occident n’est pourtant pas facile à déceler tant il est empreint de paradoxes. (…) alors que l’Europe semble entamer, hélas, en tant qu’ensemble continental, un dépérissement dans un nombre impressionnant de domaines, l’Occident qui constitue, pour Abellio comme pour Heidegger, le fils métaphysique et géopolitique de cette Europe, explose à l’échelle de la planète entière. (…)Au lieu de vivre des déclins globaux et linéaires comme les autres civilisations qui nous ont précédés, nous subissons ce que l’on pourrait nommer un ‘déclin emboîté dans une expansion’. Comme si la civilisation occidentale était une machine devenue folle, son centre implose tandis que sa périphérie explose. L’Europe régresse, l’Occident se répand. Le sens disparaît, les formes croissent. Le ‘sang’ s’évapore, mais les veines se ramifient en réseaux de plus en plus vides. De moins en moins de cerveau, mais de plus en plus de corps et de muscles. De moins en moins d’humanité, mais de plus en plus d’hommes. De moins en moins de cultures, mais de plus en plus de civilisation. Tout cela ressemble étrangement à une prolifération cancéreuse. (…)Le suprême paradoxe de l’Occident, c’est que son assomption est, sous l’apparence de la croissance et de la juvénilité, une entropie, c’est-à-dire une homogénéisation croissante des formes de vie et de civilisation. (…) De ce point de vue, l’essence de l’Occident, c’est le déclin, puisque sa raison d’être est l’uniformisation des formes-de-vie humaines. Et l’essence du ‘progrès’, c’est l’entropie. La multiplication explosive des technologies vient masquer ce déclin à ses propres protagonistes, exactement comme, dans le processus tragique de rémission des cancéreux, la prolifération des cellules indifférenciées donne, pour quelque temps, l’illusion de la santé et de la croissance organique. L’Occident est un vieillard qui se prend pour un adolescent. »(Guillaume Faye, L’Occident comme déclin, 1985)« L’Occident (…) est devenu une civilisation mondiale. Et celle-ci n’exprime plus l’Europe, mais s’y oppose (…) La prise de conscience idéologique de la menace occidentale sur l’Europe est peut-être la ‘ligne de partage’ des valeurs qui est appelée à se substituer au clivage gauche-droite. (…) Il appartient aux générations montantes de faire œuvre révolutionnaire en reniant cette part ‘occidentale’ de nous-mêmes qui, par un effet de boomerang, se retourne contre sa matrice, l’Europe. Nous n’avons pas à accomplir le meurtre du père, mais le reniement du fils. Osons rejeter cette civilisation qui a laïcisé et universalisé (principalement autour du modèle social américain) l’héritage biblique exogène, et opposons-lui une civilisation européenne métamorphosée qui se nourrirait d’autres racines, d’un autre passé qui n’a jamais cessé de ressurgir sous les formes les plus diverses dans notre histoire bien après la fin officielle du monde antique… (…) La civilisation occidentale n’est plus en effet qu’une ‘administration’ géante des hommes et des choses, semblablement gérés. Elle prend la forme d’un ‘système’ : réseau mondial de pouvoirs dispersés et insaisissables (…) Anti-civilisation, le système occidental consacre une forme douce de totalitarisme… »(Guillaume Faye, Nouveau discours à la nation européenne, 1985)« …le terme même d’‘Occident’ a perdu aujourd’hui sa signification traditionnelle. Il ne désigne plus une culture historique héritée, mais un mode de vie fondé sur le mythe de la ‘croissance’, l’obsession de la consommation et le primat des valeurs marchandes. L’‘Occident’ n’est plus, hors de toute autre référence, que l’ensemble des pays développés, c’est-à-dire des pays dont la structure économique se révèle comme la plus productive. En dernière analyse, le ‘monde libre’ n’est plus rien d’autre qu’une société économique, où la servitude à la quantité est posée comme synonyme de ‘liberté’. Comment l’Europe, dans la mesure où elle veut encore avoir une histoire, une culture, un destin, pourrait-elle accepter de n’être qu’une partie de cet ‘Occident’ ? »(Alain de Benoist, Europe, Tiers monde, même combat, 1986)« …l’Europe d’aujourd’hui se retrouv[e] paradoxalement victime des idéologies qu’elle avait adorées et utilisées pour asservir les autres. Le biblisme qui refusait à l’autre (païen ou musulman) sa religion, le jacobinisme qui déniait la légitimité des particularismes ethniques, l’occidentalisme progressiste qui, au nom des droits de l’homme (version laïque de la charité chrétienne) voulait ‘libérer’ les Indiens de leur indianité et les Africains de leur tribalisme, retournent maintenant leur logique ethnocidaire contre les Européens eux-mêmes ; ces derniers, en effet, se voient aujourd’hui refuser, par cette même idéologie, le droit à l’affirmation de leur identité culturelle, le droit à la préservation de leur ethnicité et même de leur souveraineté politique. (…)La civilisation occidentale, qui se veut un enseignement moral, une pastorale, a d’abord commencé à déculturer l’Europe, par la christianisation. (…) Mais dès lors que l’Occident, en devenant planétaire, se retourne contre l’Europe qui fut sa terre natale, on peut dire que les Européens subissent leur deuxième ethnocide. Le premier fut celui de la christianisation, importation d’une mentalité étrangère au paganisme local ; le second est celui de l’occidentalisation, de la mondialisation actuelle, avec sa double logique de destruction finale de l’identité : société multiraciale et américanisation. »(Guillaume Faye, Les Nouveaux enjeux idéologiques, 1986)« Nous devons oser affirmer que nous appartenons à une civilisation supérieure, mais à une civilisation tragique, parce que nous nous sommes dévorés nous-mêmes. L’Occident, issu de l’Europe, s’est retourné contre elle. (…) l’extraordinaire prolixité de la civilisation européenne a fini par donner lieu à un système mondial, dit ‘occidental’, le règne techno-scientifique et économique de la Terre, et a également débouché sur la civilisation-fille américaine dont je ne démontrerai pas ici les énormes inconvénients. (…) En devenant ‘civilisation occidentale’, influençant le monde entier, la civilisation européenne a fini par se déraciner, par oublier son identité, la sève qui alimentait sa juvénile puissance. Son enfant prodigue et hostile, les Etats-Unis d’Amérique, l’a en quelque sorte desséchée. La civilisation européenne a été victime de sa propre expansion victorieuse, exactement comme l’Empire romain, qui en fut la préparation. L’apogée de la civilisation européenne se situe entre la fin du Moyen-Age et le début du XXe siècle. Mais la roche tarpéienne est près du Capitole, la rose se fane juste après son éclosion. (…) Aujourd’hui, l’Europe est colonisée par ceux qu’elle a civilisés – les peuples du Sud – et dominée par son rejeton, son avorton : l’Occident américanomorphe. Elle a développé et poussé trop loin les valeurs – les qualités même parfois – qui avaient favorisé son expansion et qui ont fini par se retourner contre elle, comme l’individualisme et le matérialisme, l’esprit d’ouverture et l’universalisme. »(Guillaume Faye, La Colonisation de l’Europe, 2000)« La civilisation européenne est gangrenée par le système occidental qu’elle a elle-même contribué à faire naître. (…) L’Europe est notre véritable patrie, culturelle, historique, ethnique, civilisationnelle, qui surplombe et englobe les patries nationales ou les patries charnelles... Il convient dès maintenant de se définir d’abord comme Européens. »(Guillaume Faye,Pourquoi nous combattons, 2001)« Il est très important de ne pas confondre l’Occident avec l’Europe. La civilisation occidentale [‘Système occidental’ est un terme plus approprié, car l’Occident n’est pas une vraie civilisation, mais un Golem, un monstre mécanique aveugle. – Note du compilateur.] ne recouvre plus aucune valeur ethnique mais se confond avec un projet de civilisation cosmopolite calqué sur le modèle américain. Partie d’Europe, cette civilisation [sic] occidentale s’est tragiquement retournée contre elle comme un boomerang… Il convient donc d’opposer la civilisation occidentale [sic] à la civilisation européenne. »(Guillaume Faye, Pourquoi nous combattons, 2001)« La notion d’Occident n’est nullement géographique. Il s’agit d’un phénomène de civilisation… »(Dimitri Kitsikis)« Qu’on l’appelle ‘Système’, ‘Golem’ ou ‘Terminator’, ce monstre mécanique qu’est devenu l’Occident détruit tout ce qu’il touche. Toutes les civilisations traditionnelles sont devenues ses victimes, y compris la civilisation européenne. Celle-ci, comme toutes les autres (et peut-être plus que les autres), est menacée de mort par le monstre qu’elle a involontairement enfanté après l’intrusion d’une mentalité messianique étrangère dans la culture antique. L’Occident est le fils illégitime de l’Europe, la civilisation-mère, contre laquelle il se retourne à présent. L’Europe est une civilisation traditionnelle, identitaire et enracinée. L’Occident américano-centré est un mode de vie déraciné et destructeur. Europe et Occident ne sont pas synonymes, bien au contraire ! »(Volchok)« Ce que l’on appelle d’ailleurs l’‘Occident’, qu’il ne faut pas confondre avec l’Europe, qui est un territoire aux caractères identitaires propres, est une force dynamique à visée illimitée dont la finalité est d’instaurer à l’échelle planétaire un mode d’existence déracinée. Le résultat de son expansion est une disparition quasi complète de tous les particularismes autres que sa vision nomade et marchande du monde, extinction radicale qu’un raciste fou n’aurait jamais imaginée. Le destin de la paysannerie, en Europe, et maintenant sur la planète entière, est une déclinaison de ce génocide culturel. »(Claude Bourrinet)

Partager cet article

Repost 0